De ma fenêtre

De ma fenêtre
Toulouse, 5 juillet 2014, 21h15

dimanche 28 décembre 2014

La nuit 34


La nuit, la pluie rayant du lampadaire
le halo, brille, les cyprès luisent et gouttent,
bleus, j'appuie mon front à la vitre,
elle est fraîche, j'ouvre la fenêtre,
le fin crépitement de l'eau envahit
l'espace avec douceur, il fait froid,
j'aime le froid, laisse ma peau nue
se débrouiller, ferme les yeux le temps
de parcourir, des pieds à la tête,
ce frisson qui m'enveloppe, 
désert hérissé d'acacias par le froid étouffés,
tandis que la rue serpente dans les reflets
hésitants de l'eau sur le macadam,
peau d'éléphant, de rhinocéros,
des cyprès quelques cris, plumes ébouriffées,
le temps et rien d'autre, le corps tremble
un peu, le trottoir ondule, ou bien
est-ce ma tête folle, et ridicule,
tout ce malheur dans le monde,
sous les lumières de Noël,
ces fleuves qui débordent,
ces villes saccagées par l'horreur,
ces êtres broyés par la violence, la bêtise,
la misère, la maladie, et moi prenant plaisir
à ce frisson de rien, grâce auquel je rejoins
l'univers, m'y frotte et m'en éloigne aussi, 
jamais dedans, jamais, il fait trop froid
d'un coup, la lumière est trouble,
la rue se craquèle, le vent s'est levé,
il pleut sur le parquet, je ne bouge pas,
les gouttes courent sur mon visage,
mes épaules, mon ventre, l'eau de pluie
est fade sur la langue, tu sais.

(28 décembre 2014)
Toulouse, 27 décembre 2014, 20h54. ©JJMarimbert



Aucun commentaire:

Publier un commentaire