De ma fenêtre

De ma fenêtre
Toulouse, 5 juillet 2014, 21h15

lundi 29 juin 2015

Le verre est retourné…


Le verre est retourné pied en l'air,
métaphysique de la transparence,
encore un jeu d'enfant désœuvré,
oh quel état merveilleux, ce vide,
non, pas le grand ennui de Steiner,
héraut catastrophique des barbares
qui plongent la nuit dans l'obscurité,
mais le fin flottement du temps nu,
où suinte l'huile de l'ennui, tenace,
profond, créatif, d'où naît l'inconnu,
l'aventure, au sommet d'une falaise,
se jeter, imiter les fous de Bassan,
ces poignards blancs tu sais, si purs,
les cris aigus piquent le bleu du ciel,
la roche tremble de joie dans le soleil,
entrelacs subtil des existences avides,
alors retourner le verre sur la table,
coincer la mouche du petit déjeuner,
mille fois revenue sur la toile cirée,
à quoi pense-t-elle donc, à l'enfant,
peut-être, elle lui prête son destin,
faire feu de tout bois pour résister,
frotter l'une contre l'autre les pattes,
elle est un peu comme Ponce Pilate,
avant, arrière, faire comme si de rien
n'était, se laisser prendre au jeu de
la transparence du verre, les yeux
exorbités, opaques, d'une naïveté
sans limite, l'innocence de la vie,
la guerre est partout, la mort aussi,
alors écarquiller les yeux, à l'affût,
de tout, le temps se crispe d'un coup,
l'insecte noir est immobilisé, extase,
l'enfant saisit le verre, et la mouche
est dessous, elle finit sa toilette, ivre
de sucre chipé sur la tartine abricot,
il faut bien, mais la transparence, là,
ironique proximité, l'enfant jubile, rit,
oui, maintenant, le monde est disloqué,
c'est intenable, tout va s'écrouler, alors
il faut se jeter de la falaise, voler, crier,
les nuages moutonnent, quelle lumière,
la mer attend, belle, douce, profonde,
nager, tandis que la mouche se meurt,
il suffirait de lever le verre, le cœur bat,
et la mouche court sur la paroi, affolée,
l'enfant est triste, l'ennui est une porte à
franchir, sauter sur le dos de la mouche,
rêver, filer au ras de l'eau avec les fous,
le verre se brise sur le carrelage bleuté,
je fredonne un air, Isn't this a lovely day,
Ella, Louis, si près, si loin, tu sais cela.

(29 juin 2015)
Paris-Toulouse, En vol, 23 avril 2015, 19h03. ©JJMarimbert


Aucun commentaire:

Publier un commentaire