De ma fenêtre

De ma fenêtre
Toulouse, 5 juillet 2014, 21h15

mardi 16 juin 2015

La nuit 97


Nuits du rouge-gorge et de l'univers mêlées,
au loin le chaos et l'orage, précaire équilibre,
parure d'un ciel étincelant, feuilles inquiètes
où se cache la boule de plumes, cœur battant,
ici là volent des noms, des appels décharnés,
tout cet amour en quête d'océan, grand large,
de montagnes secrètes, à-pics, forêts de pins,
un rien le fait vaciller, dans l'insondable vide
il défie l'entropie, pose sur les ruines glacées
l'ébauche d'un sourire, le tison des corps nus,
il ne reste plus rien des siècles, des mondes,
nuit brûlante des visages renversés, si doux,
la ville franchit les collines, saute les fleuves,
les arbres veillent et la rue fomente un crime,
une pie s'envole, agacée par les murs chauds,
elle arrache au passage les mots secs pendus
aux fenêtres, le rouge-gorge est aux aguets,
je ne bouge pas, danger écarté, nul ne sait,
les papillons coiffent le lampadaire de rue,
une voix fredonne un air d'opéra, tout près,
Casta diva, ou bien l'ai-je inventée, dis-moi.

(16 juin 32015)
Toulouse, 9 octobre 2014, 6h38. ©JJMarimbert


Aucun commentaire:

Publier un commentaire