De ma fenêtre

De ma fenêtre
Toulouse, 5 juillet 2014, 21h15

dimanche 5 octobre 2014

Sauvage ontologie 22


Image force ou douceur de la vie
comment dire cela d'un coup brisé
branche d'un cerisier en fleurs
fenêtre embellie de reflets du ciel
traits fins qu'un rideau trouble
soudain frissonne le linge étendu
sur un fil rouge pinces de bois
un bateau crie derrière les collines
couronnées d'asphodèles
marcher n'a plus de sens ni
s'arrêter alors surgit l'attente
niée des corps rejetés des yeux
couverts d'un voile d'inconnu
dans la tempête des mots
s'est cassé net ce qui vient de
si loin de si près désemparé
l'être s'éloigne en silence
sans renoncer sans détruire
sans mépriser ni noircir il s'éloigne
tempête de mots lancés à tout-va
pour étouffer l'embrasement
dans l'explosion des rires anciens
la fulgurance des caresses contenues
s'éloigner et ne plus rien savoir
respirait-il mal devant le figuier
foudroyé par le désarroi d'un été.

(5 octobre 2014)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire