De ma fenêtre

De ma fenêtre
Toulouse, 5 juillet 2014, 21h15

mercredi 30 juillet 2014

La chambre


Deux fois rien petit craquement
au fond du couloir un insecte perdu
travail du bois fêlure du plâtre
et la chambre a bougé
l'air délié est plus subtil
je ne sais elle flotte
chaise bureau livres
le lit roule draps envolés
ma lampe un bel oiseau et
les rideaux le tapis marocain
n'ont pas même couleur
leur présence est floue
je ne sais tout s'est mis à

ballottés par les hauts-fonds
le carrelage à losanges dont
les vagues me bercent et
je souris
murs gonflés d'embruns
brise fraîche ou pas un souffle
tout pend au ciel de lune
comme linge à midi
ou la tempête rage et là
la fenêtre bat si fort
les vieux volets gémissent
le balcon tangue
le fleuve d'un vert tropical
tire les berges à lui
il faut le voir pour

corps et arbres rongés
ou la montagne tremble
la forêt se cache au loin
les bêtes fuient dans
un nuage de poussière d'algues
je ne sais comment dire
ils courent m'appellent
une plage de sable s'évapore
le littoral sucé aspirée
sous l'effet de la houle
les paysages s'effondrent
sans bruit
la chambre flotte
lentement dérive
le vent chante sous la porte
je ne sais si je peux
la ville illuminée danse
au creux de mes mains de papier
j'aimerais embrasser embrasser.

(30 juillet 2014)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire