De ma fenêtre

De ma fenêtre
Toulouse, 5 juillet 2014, 21h15

mardi 22 juillet 2014

Farandole


Ainsi peut-on penser
que la sensibilité est
un grand réservoir
qui se remplit se vide

ainsi peut-on croire
que dès l'enfance oui
mais oui un petit sac
plus grand plus grand

et c'est fou le monde
qu'on y trouve un tas
de gens de paysages
de villes inconnues

des animaux au bord
de routes oubliées
des repas où l'on sert
des huîtres à Noël
la peur au ventre

des visages des mots
des peaux caressées
des échecs beaucoup
gifles punitions aussi
ah mais tu n'avais qu'à
faire attention mais voilà

la sensibilité la peau non
c'est plus que la peau
ou bien la peau dedans
c'est on ne sait pas ou
on a oublié un parfum

une murmure un insecte
prisonnier d'une toile
qui fait que nous pleurons
ou les rires éclats joie
sans raison pour rire

enfin tout ça souvent
on ne le sait qu'après
bien plus tard retour
sans prévenir çà et là

on croise un regard
une mélodie fragile
on se réveille heureux
de tant de compagnons
de nuit jamais seul il
suffit de laisser être

de regarder passer la
cohorte de la vie on
est étonné de tout
ce qu'on a vu entendu
senti touché oh toucher
voir et fermer les yeux
respirer laisser venir
ce n'est jamais fini

et là soudain fraîcheur
de l'imprévu il pousse
le tout fait sa place
se met à chanter danser
lance une nouvelle
farandole non cela
ne finit jamais nous
tentons de suivre et
l'air vif nous appelle.

(22 juillet 2014)
Toulouse, Métro, 9 mars 2014, 15h51. ©JJMarimbert


Aucun commentaire:

Publier un commentaire