De ma fenêtre

De ma fenêtre
Toulouse, 5 juillet 2014, 21h15

samedi 2 mai 2015

La nuit 79


La nuit, souvent, chasseur et proie confondus,
mélange brûlant dans l'épaisseur de l'être à vif,
la traque est celle du mérou devant un miroir,
ouvrant grand la gueule quand il fuit la voyant,
auréolée d'anémones aux doux pastels moirés,
souples et douces, ayant d'Aglaopé la belleza,
de Ligie ou Thelxinoé le charme irrésistible, et,
dans le rôle d'un Ulysse grimé par l'insomnie,
les yeux écarquillés j'assiste au drame espéré,
s'ensuivent des histoires de pêche sous-marine,
sans queue ni tête, s'y reflètent des plages d'été,
des corps nonchalants qui se frôlent s'enlacent,
des côtes rocheuses à l'ombre de pins parasols,
des scions, des tridents à bout de bras d'enfant,
criant face au noir nuage d'un poulpe inaperçu
imitant ces naïades des comédies américaines,
le remous de sable d'une sole enfouie à jamais,
au moment où, puissance de l'illusion, jouant
les danseurs de corde au-dessus du parquet,
n'ayant pour seul repère que le halo du volet,
pâle extension onirique du lampadaire casqué,
piètre gardien d'une rue désertée à cette heure,
je vois ton visage-fleur et, nageant à tes côtés,
tente d'attraper le ballon qui, depuis mille ans,
est un soleil flottant à l'horizon de nos rires.

(2 mai 2015)
Sète, 19 juillet 2014, 13h59. ©JJMarimbert


Aucun commentaire:

Publier un commentaire