De ma fenêtre

De ma fenêtre
Toulouse, 5 juillet 2014, 21h15

dimanche 12 avril 2015

La nuit 76


Reste de la nuit, toujours l'ombre au sol jetée là,
parmi les fleurs du Jardin des Plantes, des Allées,
mobile dentelle du rien, léger souffle de clarté
absente, sur toute chose posé, délicat, apesanteur
partout glissant, murs, tronc des arbres, fenêtres,
rues zébrées, treillis de roses, rais poussiéreux
traversés d'une musique fuyante, je ne sais où,
dévalant le trottoir, avalant les autobus bondés,
peu à peu l'ombre bleue, usée par quoi, l'ennui,
l'envie, mais persiste la nuit, légère elle se retire,
à midi au dedans, aspirée, double du corps enfoui,
profonde, gommée par la lumière, la ville plongée
dans le noir des jours, reste de la nuit, fraîcheur
d'un regard croisé, au creux du vide, jaillissant,
puits du nouveau au fond duquel miroite le ciel,
je n'ose plus bouger, le moindre bruit ride l'eau
où se reflète, je ne vois plus bien et me crispe,
la nuit parfois s'enfuit, avec ombres et reflets,
mes yeux tentent en vain d'accrocher ici ou là
une forme, une esquisse, un brouillon de sens,
je plonge la main dans le fourre-tout de la vie,
ramène de vieilles sandales d'été, des cartables
bourrés de pleurs, de rires, des cris, des amours,
des ombres souples, sources d'émois fulgurants,
t'en souviens-tu, de ce rythme, de ces syncopes,
tandis que je fixe le halo du volet, de ta façon
de faire danser l'espace, et la rue, et les arbres.

(12 avril 2015)
Toulouse, place de la Cathédrale Saint-Étienne, 1er avril 2015, 16h19. ©JJMarimbert


Aucun commentaire:

Publier un commentaire